Moteurs et Twitter sont dans un bateau

Référencement

17 nov

Depuis l’annonce des partenariats Google / Twitter et Bing / Twitter, on voit les média sociaux prendre une place de plus en plus grande dans les stratégies de visibilité.
Qu’il s’agisse de micro-blogging (Twitter), de marques-pages partagés (bookmarks.fr, mister-wong, delicious…), de digg-likes (digg, blogasty, scoopeo, spotrank…) ou encore de réseau sociaux communautaires (facebook, myspace…) l’attrait pour ces sources est grandissant pour les moteurs de recherche.

Quels sont les enjeux de cet engouement ?

Les moteurs de recherche se doivent de présenter une information pertinente, et les communications émises dans les media sociaux sont généralement très précises et parfois denses sur des sujets en particulier.
D’autre part, les mots-clefs sont généralement indexés sous forme de tags, de manière à pouvoir lister toutes les discussions relatives sur une ou plusieurs pages.
Un vrai régal pour les moteurs qui trouvent des URLs, des mots clefs associés à ces adresses internet, et du contenu pertinent à la clef. Donc plein de nouvelles ressources à découvrir, contextualiser, et plein de données qui permettent d’établir la fiabilité des sources (les utilisateurs).
Tout ceci s’applique notamment à Twitter, le monstre du micro-blogging qui a tellement la cote…

Twitter et ses 140 caractères

Ce qui est également intéressant, c’est qu’il devient de plus en plus difficile ou plutôt de plus en plus rare de bénéficier d’une citation et d’un lien dans un article de blog car on partage aujourd’hui davantage par les média sociaux que par les billets de blog.
En effet, comme le souligne Aymeric Jacquet, on blogue maintenant pour exprimer un avis construit, une critique, une découverte, mais on ne blogue plus sur une page trouvée dont notre avis peut être résumé en une phrase de 140 caractères. Ainsi, c’est autant de contenu que les moteurs ne trouvent pas, il fallait bien s’adapter…
Dans une logique de diversification des sources de liens, il est très important donc de se retrouver dans les média sociaux entouré des tags adéquats. Finalement, cela permet de confirmer ou d’infirmer la pertinence d’une page par rapport à son contenu et aux mots clefs qui lui sont associés.

Le micro-blogging, ça reste du blogging !

Un point abordé par Laurent Bourrelly me semble également très pertinent : « l’agent qualifiant humain ».
Si le moteur sait avaler des tonnes de textes et les disséquer une fois ramenées dans son antre, une de ses faiblesses est qu’il ne peut pas être partout, et donc de nombreuses recherches associées à d’aussi nombreuses ressources lui échappent encore.
Si l’on pousse encore un peu le raisonnement, on se rend compte qu’une page web pourrait donc bénéficier du « soutien » de sa communauté car plus elle sera « retweetée », plus l’étiquette « à ne pas manquer » deviendra grande pour les moteurs puisque chaque retweet pourra donner un vote supplémentaire à cette page.
Les moteurs pourront alors coupler cette information avec la qualité du site et affiner leur classement en fonction de cette donnée…

Un pas de plus vers le profiling…

Enfin, et cet avis n’engage que moi, Twitter permet à Google de « profiler », de « ficher » des utilisateurs qui pourraient être évalués comme fiables ou pertinents aux yeux de Google sur certains sujets… Une sorte d’autorité comme celle des sites internet, mais pour des profils sociaux online.
Là encore, une URL lancée par un profil plutôt qu’un autre pourrait avoir une importance différente aux yeux du moteur de recherche…
Finalement, tout ceci va plutôt de pair avec Caffeine, Wave, Chrome, la toolbar et la course aux données personnelles en général. Google a les moyens techniques (avec le déploiement de Caffeine et GFS2) de traiter une masse de données importante provenant de média complètement différents. Une manière de valider la pertinence des données par les informations détenues sur l’utilisateur… mais c’est un autre sujet…

Pour résumer

L’indexation de Twitter par les moteurs de recherche permettra

  • d’être en phase avec « l’actualité » du web (pas les infos hein, ça c’est bon :D )
  • plus de rapidité
  • davantage de pertinence (communauté + tags)
  • une plus grande confiance dans l’information envoyée aux visiteurs (profiling, autorité et communauté vérifiée)

Quelques ressources d’intérêt

  • http://actu.abondance.com/2009/10/bing-propose-un-moteur-sur-twitter.html
  • http://www.techcrunch.com/2009/10/21/web-2-0-summit-marrisa-mayer-shows-off-social-search-results-from-your-social-netowrk/
  • http://www.zorgloob.com/2009/10/de-la-musique-des-tweets-et-du-social.asp

Un commentaire pour “Moteurs et Twitter sont dans un bateau”

  1. Depannage informatique val de marne 03 2011 at 9 h 27 min #

    Je trouve que twitter et les réseaux sociaux sont vraiment bien pour le référencement.

Réagir à l'article "Moteurs et Twitter sont dans un bateau"